Actualités

Le samouraï bambou

par Alban publié le 15.12.20

Disons-le d'emblée : « Le Samouraï bambou » est un chef d’œuvre. Taiyou Matsumoto n'en est pas à son coup d'essai, et ceux qui connaissent son travail savent que cet auteur accouche régulièrement d'histoires aussi belles que déroutantes. On peut citer « Number 5 », « Amer béton » ou encore « Gogo monster » qui sont des pépites tout aussi (d)étonnantes les unes que les autres.manga_samourai_bambou_neige


Un manga pour tout le monde ?

Une fois n'est pas coutume, pour la série qui nous intéresse aujourd'hui, l'auteur a travaillé en collaboration avec un scénariste — en l'occurrence son ami Issei Eifuku. L'histoire se développe sur 8 tomes, donc pour ceux qui comme moi ne sont pas fans des sagas interminables, c'est parfait : suffisamment long pour développer plusieurs arcs narratifs et donner de la profondeur aux personnages, et pas trop pour ne pas se lasser d'une intrigue qui s'étiole et se perd.

Je l'ai déjà dit, c'est un chef d’œuvre. Mais je mentirais si je disais qu'il était facile d'entrer dans l'univers proposé ici. La narration et le style graphique sont déroutants parce qu'ils sont à contre-courant des codes du genre. Esprits conformistes passez votre chemin, c'est une œuvre que seuls les curieux sauront apprécier.

manga_samourai_bambou

C'est l'histoire d'un samouraï étrange

Nous sommes en pleine période d'Edo et nous rencontrons Soichirō Senō, un samouraï apparemment sans maître, qui débarque à Edo — l'actuelle Tokyo. Pour quelle raison a-t-il rejoint la capitale shogunale ? Nous n'en savons rien mais le comportement de ce rônin est pour le moins étrange. Il flâne sans que l'on comprenne vraiment pourquoi, il discute avec les enfants, regarde les artisans, entame la conversation avec des chats, observe les papillons… Cherche-t-il quelqu'un ou quelque chose ? Apparemment non. Représente-t-il une menace ? Pas vraiment. Il n'a d'ailleurs pas vraiment l'air dangereux. Il est juste… étrange. Son comportement est inadapté et en décalage avec le monde qui l'entoure. Les jours passent, il s'installe dans la cité et noue des relations avec des voisins intrigués par ce curieux personnage. Nous rencontrons alors tour à tour Kankichi, un jeune garçon qui deviendra son ami — nous adopterons souvent son point de vue —, Daizaburō Mikoshi, le fils truculent d'une famille noble, Yozaemon, le gérant du quartier où vit Soichirō et qui est ni plus ni moins qu'un mafieux. Bref, une galerie de personnages haut en couleurs que nous découvrons avec curiosité, comme le protagoniste débarquant de sa campagne.

manga_samourai_bambou_foule

Les journées passent paisiblement au gré des rencontres, Soichirō trouvant finalement sa place au sein de cette petite société où tout le monde semble s’accommoder de ce rônin lunaire. Arrive cependant un jour où des hommes lui cherche querelle et où il est contraint de dégainer son sabre. Ça ne fait pas un pli : Soichirō expédie furieusement les importuns ad patres en quelques coupes à l'aide d'un sabre que nous découvrons à la lame de bambou. Cet événement tragique et violent choque la communauté et révèle un personnage équivoque. Qui est vraiment ce samouraï ? Pourquoi n'a-t-il pas un katana digne de ce nom ? Comment cet homme candide, doux et rêveur a-t-il pu basculer dans une telle violence guerrière ? Est-il possédé par un « mononoke » ? Coïncidence ou pas : une série de meurtres se produit en ville. Se pourrait-il que cet étrange étranger en soit l'auteur ? Voilà le début de l'intrigue qui nous occupera tout au long de l'histoire.

manga_samourai_bambou_kitsune

Une histoire classique ?

Alors oui, vous pourriez penser à juste titre que la trame est plutôt classique : un étranger débarque dans un lieu, on ne connaît pas son passé, il a des ennemis et c'est un guerrier redoutable. Bref, il va y avoir des combats de samouraïs, du sang et des larmes. C'est un peu du déjà vu. Erreur ! Ce titre est en réalité totalement atypique, expérimental et poétique. Les auteurs ont donné libre cours à leur imagination et à leur talent pour nous proposer une narration originale et des dessins qui le sont tout autant.

Le récit entremêle réel et fantasme avec, en ligne de mire, le portrait d’un esprit replié dans la folie. L’ancienne Tokyo, ses mœurs violentes, sa société de castes discriminantes, sont en filigrane les sujets discutés et les chapitres les plus puissants portent d’ailleurs sur les éternels rapports entre maîtres et valets. Du théâtre français au manga, les grands thèmes sont universels.

Certains passages sont oniriques et ne dévoilent pas tout leur sens immédiatement. Il faudra attendre plusieurs pages — voire le tome suivant — pour en saisir la portée. La lecture de cette série requiert donc une certaine concentration. Elle reste néanmoins un moment d’une intensité rare.

manga_samourai_bambou_duel

Un style graphique unique

Les lecteurs habitués aux shōnen seront déroutés. Le style n'a rien à voir avec ce que propose les auteurs grand public. Taiyou Matsumoto est un graphiste original et inventif qui aime prendre à contre-pied ses lecteurs. Pour « Le samouraï bambou », il s'inspire non seulement des estampes traditionnelles japonaises — il insère certaines cases dans le plus pure style Ukiyo-e —, mais il invoque également les lavis, le cubisme et même les anges de Cocteau.

Les dessins sont inspirés et profonds, les traits vifs et précis ; les visages sont esquissés par quelques lignes et les perspectives se déforment ; les noirs sont profonds et sombres à l'image de la folie et de la violence de certains personnages dont les traits vont parfois jusqu'à la métamorphose ; l’œil est happé par les détails et les cases s'évaporent ; les planches sont tantôt éclatées, tantôt extrêmement architecturées et certaines n'ont même plus de cadre et sont d'un onirisme singulier et assumé. Pour ne rien gâcher, l'édition est d'excellente facture et les couvertures sont de véritables bijoux. Si vous voulez mon avis, quelques tomes bien emballés feraient d'excellent cadeaux de Noël.

manga_samourai_bambou_papillon


« Le Samouraï bambou », c'est donc le récit d'un homme fort faiblement armé. Talentueux guerrier, il a bradé sa magnifique lame pour éviter d’en user. Une telle arme, pour un bretteur de cette envergure, était devenue un fardeau, la promesse d'une existence condamnée à tuer. Il fait le choix de laisser s'exprimer son caractère bucolique et candide. Une fois accepté le graphisme insolite et la narration inhabituelle, on est plongé dans des volumes forts qui procurent beaucoup de sensations. « Le Samouraï bambou » est un manga de genre original et exigeant. Je vous le conseille plus que vivement.

manga_samourai_bambou_yokai